Fraude en ligne : un état des lieux

fraude en ligne

Dernière modification le 2 février, 2023

Comme 2021, 2022 ne fait tristement pas exception : les entreprises sont massivement concernées par la fraude. Les types de fraudes sont multiples : fraude au virement, fraude en ligne, fraude fiscale, fraude interne, etc. De nombreuses entreprises ciblées subissent un réel préjudice financier, le montant des fraudes et le manque à gagner pouvant rapidement grimper à la centaine de milliers d’euros. 

C’est ce que révèle notre étude Trustpair, qui présente un état des lieux de la fraude au virement en 2022. Augmentation des cas, impact sur les entreprises, formes de fraudes, critères de sélection des fraudeurs : nous vous dressons un état des lieux de la fraude en 2022.

Pour lutter contre la fraude financière, pensez à Trustpair. Notre solution garantit la fiabilité de vos données tierces grâce à des contrôles automatiques, vous envoie des alertes en case de fraude potentielle et réduit à 0 le risque de fraude au virement. N’attendez plus et prenez contact avec l’un de nos experts pour réduire la fraude dans votre entreprise !

Luttez contre la fraude - Demande de demo - trustpair

Pourquoi la fraude a-t-elle augmenté ?

C’est sûrement le cas dans votre entreprise : les processus et interactions professionnels sont de plus en plus digitalisés. Télétravail, dématérialisation des outils, etc. Cette digitalisation touche entre autres les équipes financières et leurs processus. Et c’est en partie cette digitalisation des processus financiers qui augmente le risque et la fréquence des fraudes.

Cela concerne les processus internes (entre les services), mais aussi avec les relations avec les tiers. Par exemple, de nombreux fournisseurs tiers adhèrent à des plateformes d’e-commerce à destination des grandes entreprises qui permettent d’effectuer des achats via cet intermédiaire. Les fraudeurs peuvent alors en profiter pour créer une fausse plateforme e-commerce avec des prix alléchants afin de tromper les entreprises. Dans ce cadre, frauder devient de plus en plus facile et la délinquance en ligne ne cesse d’augmenter.

La modernisation des flux bancaires participe également à ce processus de dématérialisation. 

Le caractère « nouveau » de ces fonctionnements, relations et échanges peut mener à l’apparition de failles sécuritaires que les fraudeurs peuvent exploiter. Nous l’avons par exemple vu au cours de la crise sanitaire, avec une augmentation des fraudes suite à la mise en place du télétravail obligatoire. Notons que combattre la fraude et traquer les fraudeurs est un exercice rendu plus compliqué par la digitalisation évoquée ci-dessus

Quels sont les 3 critères de sélection des fraudeurs en ligne ?

Voici les 3 critères de sélection des fraudeurs en ligne : 

  1. L’emplacement géographique
  2. La taille de l’entreprise
  3. Le modèle économique

1. Emplacement géographique

À l’heure de l’économie mondialisée, la répartition géographique des activités économiques est une réalité quotidienne pour de nombreuses entreprises. La supply chain (ou chaîne d’approvisionnement) est souvent divisée entre plusieurs pays. Par exemple, un producteur en Roumanie envoie les produits à une filiale en Italie, qui reçoit également des pièces venant de Pologne, etc. jusqu’à ce que le produit fini soit commercialisé en France par votre entreprise. 

L’état des lieux de la fraude en 2022 révèle que les fraudeurs s’attaquent logiquement aux longues supply chain. Chaque étape de la chaîne d’approvisionnement représente une opportunité de s’insérer dans le processus et de commettre une fraude. La traçabilité est moindre et les niveaux de contrôle peuvent varier d’une entité à une autre. Le manque d’homogénéité des processus entre les différentes étapes de la supply chain augmente encore les risques de fraude. 

2. Taille d’entreprise

Comme le révèle l’état des lieux de la fraude en 2022, les fraudeurs ciblent préférablement les grandes entreprises, pour deux raisons. 

La première et la plus évidente concerne les moyens financiers. Les flux bancaires et d’achat des entreprises de grande taille sont importants et constituent donc autant d’opportunités pour les fraudeurs. Dans un rapport coût (risque) / avantage (montant de la fraude), il est en effet plus intéressant de maximiser les gains potentiels en s’attaquant aux mastodontes.

Si vous êtes le CFO d’une grande entreprise, vous devez donc être d’autant plus vigilant au risque de fraude et d’escroquerie : votre entreprise pourrait bien compter parmi les cibles prioritaires. À vous de renforcer les moyens mis en œuvre pour détecter la fraude et l’éradiquer : vous pouvez notamment installer une plateforme antifraude comme Trustpair qui garantit le risque 0 en matière de fraude au virement.

La seconde raison tient au fonctionnement fragmenté et décentralisé des grandes entreprises. Les entités multinationales, par exemple, disposent de plusieurs services de comptabilité, d’achat, de trésorerie, etc. La communication est décentralisée et les contrôles ne sont donc pas forcément sécurisés de façon uniforme. Encore une opportunité de plus pour les escrocs et une difficulté supplémentaire pour empêcher la fraude.

De la même manière, une grande entreprise traite avec de nombreux fournisseurs, et les fraudeurs peuvent ainsi tenter de s’insinuer plus pernicieusement dans la base de tiers. 

3. Modèle économique

Le fonctionnement interne de l’entreprise peut être à l’origine de tentatives de fraude. Par « modèle économique », nous entendons ici la structuration des équipes et des process, de l’achat jusqu’au paiement en ligne de la facture via une plateforme dédiée. 

Par exemple, certaines entreprises ne pratiquent pas la ségrégation des tâches et sont donc plus à risque, notamment ce qui concerne les fraudes internes. Cette ségrégation consiste à diviser les tâches critiques entre plusieurs collaborateurs (on parle aussi de principe des quatre yeux). Dans le cadre de l’achat – vente, ce ne sont donc pas les mêmes personnes qui éditent la facture, mettent en place le paiement, l’autorisent, etc. 

Il faut également prendre en compte la qualité et la régularité des contrôles. Entre les différents services (achat, trésorerie, comptabilité, etc.), la communication peut être erratique et les contrôles plus ou moins efficaces. Cela renforce encore la possibilité de fraude. Un fraudeur peut identifier une faille dans l’un des services et en profiter pour s’introduire dans la base de fournisseurs. 

Dans cette perspective, il est recommandé d’adopter une solution centralisée, assurant une collaboration transparente et permanente entre les différents services. C’est le cas de la plateforme Trustpair, qui contrôle systématiquement et régulièrement le couple identifiant d’entreprise / coordonnées bancaires afin d’assurer une protection contre la fraude au virement.

Investir dans un outil de prévention et de lutte contre la fraude est d’autant plus essentiel que notre état des lieux de la fraude en 2022 démontre un impact de plus en plus lourd pour les entreprises. Si vous voulez réduire le risque de pertes financières conséquentes dans votre entreprise, c’est le moment de vous lancer ! 

Quel est l’impact de la fraude sur les entreprises en 2022 ?

D’après l’Etude Fraude 2022 de Trustpair, 95% des entreprises ont subi au moins une tentative de fraude en 2022. Et, dans 75% des cas, ces tentatives ont débouché sur un préjudice financier. De plus, le contexte se révèle anxiogène pour une majorité d’entreprises, puisque 85% d’entre elles se disent « vulnérables face à la fraude suite à l’augmentation forte des cyberattaques lors de la crise sanitaire ». Prévenir les fraudes est plus que jamais un enjeu essentiel et stratégique pour les entreprises.

Le préjudice financier n’est d’ailleurs pas le seul auquel les entreprises victimes de fraude peuvent être confrontées. Leur réputation est encornée et des répercussions peuvent se produire en interne vis-à-vis des personnes désignées comme responsables, à l’instar du Directeur financier ou du comptable. Les relations avec les fournisseurs peuvent aussi être impactées par ces infractions et réduire la confiance nécessaire pour une bonne relation commerciale. 

Le risque de défaut de conformité n’est pas à sous-estimer. Dans le cadre de la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, la loi Sapin II contraint en effet les entreprises à un devoir de vigilance. Elles sont tenues de réaliser suffisamment de contrôles afin de vérifier l’authenticité de leurs tiers. S’il s’avère que les contrôles ont été insuffisants en interne, la responsabilité judiciaire peut être engagée. 

À quoi s’attendre en matière de fraude en 2023 ?

La fraude risque malheureusement de s’intensifier cette année et les affaires de fraude de se multiplier. C’est d’ailleurs ce que craignent 78% des entreprises d’après une étude Allianz. Deux processus complémentaires sont à l’œuvre : 

  • La dématérialisation de l’économie
  • L’arrivée de nouvelles technologies

Comme nous l’avons déjà évoqué, l’économie se numérise sans cesse davantage. Le législateur et les finances publiques poussent d’ailleurs en ce sens, en témoigne par exemple la facturation électronique obligatoire dès 2024. L’évolution est rapide et les processus des entreprises sont bouleversés et insuffisamment optimisés, y compris en matière de sécurité et de protection face à la fraude.

La situation s’est d’ailleurs aggravée lors de la crise sanitaire et de la mise en place consécutive du télétravail, qui a forcé les entreprises à adopter avec précipitation un fonctionnement distanciel. Les failles qui en ont résulté constituent bien sûr autant de portes d’entrée pour les fraudeurs. 

D’autre part, les progrès technologiques permettent l’émergence d’outils aux prouesses étonnantes et les fraudes possibles et types de fraude ne cessent d’augmenter. Les Deep Fake, par exemple, permettent de reproduire le visage et / ou la voix d’une personne. Les fraudeurs peuvent ainsi tromper leur victime, par exemple en se faisant passer pour le PDG de l’entreprise dans le cadre de la fraude au président. Plus généralement, l’IA présente de nouvelles opportunités tant pour les entreprises que les fraudeurs. 

C’est pourquoi il est nécessaire de se tenir informé sur la situation, le risque de fraude et d’abus, les préjudices encourus par les entreprises, etc. Dans cette perspective, Trustpair tient en février 2023 sa 3ème édition du Livre Blanc des entreprises face à la fraude au virement.

Vous souhaitez lire notre étude fraude de l’an dernier et limiter les fraudes dans votre entreprise ? N’hésitez pas à la télécharger gratuitement !

Etude Fraude 2022 - Trustpair - Accenture - SAP

FAQ

Afin de lutter contre les fraudes, il est recommandé d’équiper l’entreprise avec une solution de détection des fraudes. C’est ce que permet la plateforme Trustpair : agile et collaborative, elle assure une communication transparente entre tous les services les plus à risque (achat, trésorerie et comptabilité). 

De plus, Trustpair prévient des fraudes au virement grâce à la vérification systématique et automatique des identifiants bancaires et d’entreprise. En cas d’anomalie ou de suspicion de fraude, une alerte est émise et vous évitez ainsi que des virements soient effectués vers un compte frauduleux.

La fraude diffère en fonction des marchés et de la taille de l’entreprise, car les pratiques sont différentes en interne. Par exemple, une grande entreprise multinationale peut compter sur plusieurs services de trésorerie et de comptabilité, tandis que ces fonctions peuvent être assumées par un nombre restreint de personnes dans le cadre d’une entreprise naissante et de petite taille. 

En conséquence, les fraudeurs adaptent leurs techniques d’ingénierie sociale en fonction de l’entreprise visée.

Voici les différents types de fraude : 

  • Fraude au RIB
  • Fraude au faux fournisseur 
  • Fraude au président
  • Fraude au ministre
  • Phishing
  • Intrusion dans les systèmes informatiques
  • Fraude au faux client

La typologie est établie principalement en fonction du moyen employé par l’arnaqueur. Il peut par exemple se faire passer pour un fournisseur de l’entreprise et communiquer un changement de coordonnées bancaires (le nouveau compte associé étant bien sûr frauduleux).

Suivez nos dernières actualités

Inscrivez-vous à la Newsletter Trustpair et recevez chaque semaine des conseils…
Merci ! Votre inscription à la newsletter Trustpair a bien été prise en compte.

Vos données sont traitées par la société Trustpair pour gérer et optimiser la relation client, vous informer de nos actualités et pour des besoins de statistiques et d'enquêtes. Conformément aux lois de protection des données à caractère personnel, vous bénéficier d'un droit d'accès, de modification, de suppression ainsi que d'opposition à recevoir des offres et informations de la part de Trustpair via le lien de désinscription présent dans chacune de nos communications ou en écrivant à privacy@trustpair.fr.

        En cliquant sur « Je m’abonne », vous acceptez recevoir la newsletter Trustpair pour être informé(e) des nouveautés ou de toutes informations importantes sur nos services. En vous abonnant, vous acceptez notre Politique de confidentialité.

newsletter-icone

Articles liés

Le sujet vous intéresse ? Retrouvez l’ensemble des contenus autour de cette thématique.