intelligence artificielle fiplus trustpair

L’Intelligence Artificielle, un levier humain pour les financiers ?

Selon Grant Thornton, 50% des activités standards seront automatisées d’ici 15 ans. Effectivement, la robotisation est en marche et elle s’accélère. C’est ainsi que s’est levé le rideau sur la conférence “L’Intelligence Artificielle, un levier humain pour les financiers” organisée par l’association FiPlus, le méta-réseau des Financiers, le 13 janvier dernier. Trustpair revient sur les échanges de cet événement.

Etaient invités à l’événement :

Arthur Raspail, Directeur Grant Thornton et principal orateur de l’événement

Guy Mamou-Mani, Co-Président du Groupe Open et animateur de la table ronde composée des experts et CFO :

Ce qu’il faut retenir des échanges sur l’Intelligence Artificielle

En 2025, il y aura 3 millions de personnes qui seront supervisés par des “robot-boss”.

La digitalisation des entreprises et l’intégration de l’Intelligence Artificielle dans leur organisation a conduit à l’automatisation de nombreux process financiers (conféré la photo ci-dessous). Ces transformations sont perçues par les entreprises comme une valeur ajoutée, mais aussi comme un enjeu de taille. En effet, pour arriver à tenir les promesses de résultats, il est nécessaire que les données soient standardisées, en masse, et que le process d’origine soit industrialisable.

C’est au coeur de ces changements que Trustpair se positionne, en mettent à disposition une solution clés en main, basée sur l’IA, permettant d’automatiser le contrôle des coordonnées bancaires des tiers. Effectuer les contrôles des tiers devient une tâche rapide et sécurisée au détriment d’une tâche chronophage et faillible. Ainsi, les Directions financières se protègent des fraudes au virement. Apprenez en plus sur la solution Trustpair !

Comment l’Intelligence Artificielle impacte la fonction Finance et quelles en sont les conséquences ?

“On assiste à un phénomène de vague de destruction créatrice dont les effets sont assez incertains en ce qui concerne les emplois des métiers de la finance” explique Erwann Tison.

Vers une intelligence augmentée des financiers

“Il est très difficile de dire avec exactitude les contours du marché de demain en ce qui concerne l’emploi des Directeurs financiers, les comptables, les contrôleurs de gestion, etc. Avec la blockchain, la robotique, l’imprimante 3D et l’IA, nous vivons actuellement une quatrième révolution industrielle. Habituellement, les révolutions industrielles font le ménage des métiers les moins qualifiés (cochers, porteurs d’eau…). Là, pour la première fois, les cols blancs sont eux aussi menacés, et pas uniquement les cols bleus” s’inquiète Erwann Tison.

“Les comptables ont perdu 30 % des effectifs sur les 15 dernières années. Donc oui, peut-être que nous pouvons certifier que le nombre de comptables va tendre vers zéro. Cependant, le nombre d’experts-comptables va lui augmenter : les entreprises vont avoir besoin d’expertise. Donc, effectivement, toutes les tâches en concurrence directe avec la technologie peuvent être robotisées. Mais, la prise de décision, et les explications, elles resteront humaines. Ce métier d’explication deviendra le cœur de métier des CFO” ajoute Erwann Tison.

Le rôle du CFO dans la transformation digitale

“Aujourd’hui, le rôle du CFO est d’être le principal gardien du temple et de la stabilité en entreprise. Le potentiel de l’Intelligence Artificielle pour le Chief Financial Officer est justement de casser cette image en montrant que l’on peut être responsable et savoir prendre des risques pour transformer son entreprise !” s’exclame Benoit Bergeret.

Digitalisation de la fonction Finance

Pour conclure

Le meilleur allié de la transformation numérique est l’information et le niveau informationnel doit se libérer. Le CFO au sein de l’entreprise a un rôle moteur à jouer car son rôle est avant tout de rassurer ses équipes. Quand il y a une multiplicité de données, le DAF a pour mission d’apporter de l’assurance à l’entreprise de par son expertise, et d’analyser les actions menées afin de les valider ou non. Les directions financières ont toujours eu beaucoup d’informations, et ce qui constitue leur pouvoir. L’enjeu est désormais de passer dans une autre dimension où le pouvoir est laissé à ceux qui savent utiliser et partager l’information.

“Chers CFO, vous avez une triple responsabilité : vous former, vous faire aider, et vous mettre au centre de cette transformation !” conclue Benoit Bergeret.

Articles liés