Fraude au virement

La fraude au virement, une réalité en 2022

etude fraude part 1 img

Trustpair, Accenture et SAP dévoilent leur Étude Fraude 2022 menée en collaboration avec Option Finance ! Réalisée auprès de 134 Directeurs Financiers et Directeurs Trésorerie d’ETI et Grands Groupes Français par l’institut Spoking Polls, découvrez en quoi lutter contre la fraude au virement est devenu un sujet prioritaire en 2022. 

Les entreprises de toute taille sont ciblées

La fraude financière devient un sujet global, impactant toutes les tailles d’entreprises, avec 71% des entreprises ayant subi une ou plusieurs fraudes au cours de l’année 2021, et 24% plusieurs fois par trimestre. On notera que 95% des répondants ont subi au moins une tentative de fraude et que 3 fraudes sur 4 ont été avérées, impliquant un impact financier certain pour les entreprises. 

Etude fraude img 1 Etude fraude img 2

Si l’an passé, l’étude montrait que ⅔ des entreprises avaient mis en place un programme de sensibilisation à la fraude au virement au sein de leur Direction financière. Les entreprises sont de plus en plus sensibilisées et au courant des risques de fraudes qui les menacent, entraînant l’émergence d’une “culture fraude” au sein de leur organisation. Et pour cause, 75% des répondants affirment avoir connaissance de l’ensemble des fraudes subies par leur organisation. Etude fraude img 3

Les équipes IT prennent position

La fraude au virement est la technique de fraude la plus répandue en entreprises, et pour 64% des victimes, la fraude au RIB est la méthode de fraude la plus répandue.

Toutefois, l’étude révèle une disruption des réponses sur les critères de risque de fraude, avec une forte représentation de la fraude au faux fournisseur (43%), ainsi que du phishing (40%). On observe une sophistication côté fraudeurs qui rend la menace plus palpable. Les fraudeurs ont recours à des moyens digitaux ultra-performants pour arriver à leur fin, ayant pour conséquence l’augmentation du nombre de cyberattaques, à la fois dans la catégorie des fraudes au virement et des cyberfraudes.

Etude fraude img 4

“L’augmentation et la prise de conscience de la fraude au virement n’est pas surprenant. Il est d’ailleurs en corrélation directe avec les investissements des entreprises en termes de cyberdéfense. Cela s’explique par des investissements historiques massifs dans la cyberdéfense des infrastructures, qui reste bien évidemment à peaufiner, et  du peu d’investissement dans la cybersécurité applicative qui s’avère être tout aussi incontournable. Nous constatons aujourd’hui un rééquilibrage entre ces deux domaines absolument complémentaires.” – François Bourgeois, Head of Finance & Risk Business Advisors, SAP France

Pour 85% des répondants, la vulnérabilité des entreprises face à la fraude s’explique par l’augmentation forte des cyberattaques. Le lien entre l’exposition d’une entreprise au risque de fraude au virement et les cyberattaques est direct. L’ouverture des entreprises au digital représente une source de risques qu’il faut savoir maîtriser. L’importance du risque cyber pousse les corporates à traiter le sujet de la sécurisation des processus dans sa globalité.

Etude fraude img 5

“En 2021, 50% des fraudes en moyenne impliquaient une cyberattaque. Ce chiffre n’a pas été republié, mais on voit bien qu’ il y a une prise de conscience du risque de fraude et de cyberattaque dans les entreprises.” – Baptiste Collot, Président et Co-fondateur, Trustpair 

L’an dernier, la trésorerie, la direction financière et la comptabilité étaient en charge  de la problématique dans 88% des entreprises, l’étude révèle cette année une montée en force des équipes IT. La DSI prend position dans la lutte contre la fraude. Une question se pose alors : les entreprises se dirigent-elles vers une triangulaire décisionnelle sur les projets de lutte contre la fraude au virement ?

Etude fraude img 6

“Aujourd’hui, la lutte contre la fraude au virement est un sujet global, ce qui explique que la DSI soit de plus en plus impliquée. Le sujet ne se cantonne plus à un seul département, les corporates doivent adopter une vision globale de la gestion du risque.” – Baptiste Collot, Président et Co-fondateur, Trustpair 

“Quand l’entreprise positionne le projet à l’échelle gestion global du risque tiers, l’équipe finance seule ne peut suffire. Les équipes finance, achat et IT doivent collaborer pour couvrir l’ensemble des points de risque de la chaîne procure-to-pay.” – Elodie Bananier, Compliance and Operational Risk Managing Director, Accenture France 

Envie d’en savoir plus ? 

Découvrez l’ensemble des résultats et analyses des experts à travers notre livre blanc dédié “Les entreprises face à la fraude au virement en 2022

Étude Fraude 2022

La Newsletter Trustpair

Inscrivez-vous à la Newsletter Trustpair et recevez chaque semaine des conseils…

Pour tout savoir sur la manière dont nous traitons vos données, consultez notre Charte de confidentialité.

Articles liés

Le sujet vous intéresse ? Retrouvez l’ensemble des contenus autour de cette thématique.