Digitalisation finance

OK AFTE ai-je encore besoin d’un banquier ? – Retour AFTE 2022

AFTE-2022-DeFI

Suite aux Journées de l’AFTE 2022, les 15 et 16 novembre, Trustpair vous propose de revenir sur certaines conférences de ces journées dans une série de 3 articles. Dans ce compte-rendu, nous nous intéressons aux évolutions des marchés financiers et des missions du Trésoriers face à la Finance Décentralisée.

OK AFTE ai-je encore besoin d’un banquier ?

Quels sont les risques auxquels le Trésoriers fait face ? Un monde sans banquier est-il possible ? Où en sont les banques aujourd’hui en matière d’innovation ? Blockchain et Finance Décentralisée (DeFi), où en sommes-nous ? Autant de questions qui ont été traitées lors de ces échanges.

Étaient présent lors de la conférence :

DeFi, de quoi parle-t-on ?

La Finance Décentralisée (DeFi) est un écosystème d’application qui sont complémentaires à ce qui est proposé par le secteur bancaire et financier. Les services banquiers sont diffusés via la Blockchain, et cette dernière fait d’ailleurs l’objet d’une installation et d’une utilisation exponentielle ces dernières années.

De manière générale, on compte près de 190 milliards d’actifs placés sous gestion.

La DeFi représente une proposition valeur intéressante pour les différents acteurs financiers à travers le monde. Trois grands avantages se dégagent :

  • L’inclusion financière : un enjeu important dans certains territoires comme l’Afrique, où les relations avec les banquiers sont complexes, les frais élevés, et où la monnaie fluctue ;
  • La transparence des opérations réalisées ;
  • L’opérabilité, étant donné que les opérations de DeFi se branchent à plusieurs protocoles.

Hugo Bordet souligne que la DeFi peut concerner plusieurs cas d’usage.

Premier cas d’usage – Decentralized Exchange

Permet d’échanger des actifs sans passer par un acteur décentralisé. En d’autres termes, un Trésorier d’entreprise peut devenir Liquidity Provider pour gérer la stratégie d’entreprise par exemple.

Deuxième cas d’usage – Leading Boring

Signifie faire des emprunts via des crypto-actifs et de pair à pair. Dans ce cas d’usage, il n’y a pas de profit client réalisé, donc d’emprunt de collatéral, ce qui permet d’apporter de la liquidité et de toucher des crypto-actifs.

Troisième cas d’usage – Staking

Valider des transactions sur des Blockchains sans être propriétaire d’un noeud. Il existe des poules de staking pour toucher des rendements sur les différents réseaux.

Les enjeux réglementaires autour de la DeFi

En Europe, la DeFi fait l’objet d’un cadre légal réglementé. On retrouve par exemple l’AML Package ou le Digital Finance Package.

La DeFi nécessite de revoir les paradigmes admis, donc centralisés, car elle est cross border avec des contributeurs répartis à travers le monde.

“La DeFi fait émerger de nouveaux risques auxquels le Trésorier de demain devra s’intéresser. C’est une révolution technologique et financière qui va finir par s’imposer d’elle-même.” – Hugo Bordet, Adan

Autre que l’Europe, comment se positionnent les autres pays ?

Aux Etats-Unis par exemple, il y a un souhait d’initier une réglementation concernant la DeFi, afin de booster en parallèle la compétitivité du pays.

“La Defi est un marché presque exclusivement en dollars, donc les Etats-Unis sont bien positionnés pour développer cette activité sans trop de contraintes.” – Isabelle Martz, Société Générale

“La DeFi, c’est la conquête de l’ouest”

Il faut que la réglementation aille dans les sens de la technologie et de l’innovation, et l’Europe va devoir s’adapter à ce challenge international.

Thibaut Ilhe, L’Oréal, souligne que les banques sont toujours des acteurs incontournables de la finance, mais depuis l’apparition des crypto-monnaies, une question se pose : si demain les clients demandent d’accepter la crypto comme moyen de paiement, comment fait-on ?

  • Comment obtenir des crypto ?
  • Doit-on se brancher sur une plateforme de crypto exchange ?
  • Comment créer des wallets pour y loger les crypto-actifs de manière sécurisée, via la blockchain ?

“Opérer dans web3 nécessite des crypto-monnaies. Une fois qu’on à la crypto, des questions se posent : quels risques, quels usages, comment les convertir ?” – Thibaut Ilhe, L’Oréal

La crypto-monnaie doit être appréhendée sur plusieurs niveaux :

  • Au niveau technique : les wallets sont au coeurs du sujet web3. C’est la plupart du temps des outils prévus pour le B2C, donc ce n’est pas évident de les utiliser d’un point de vue corporate. Cela nécessite d’échanger avec des acteurs FintTech pour l’adapter leur produit à ses besoins.
  • Au niveau architecture : les modèles évoluent vite. On ne considère pas la crypto-monnaie comme un objet spéculatif.

“La réglementation n’est pas un ennemi de la technologie.”

“On rentre dans une période de maturité où les acteurs veulent se mettre en conformité.” – Hugo Bordet, Adan

“Le frein n’est pas technologique, mais réglementaire. C’est un marché de pair à pair dans lequel tout le monde peut rentrer.” – Isabelle Martz, Société Générale

Le marché de la crypto-monnaie ne représente actuellement qu’une petite part du marché financier global. En moyenne, on compte 55 milliards de dollars de crypto-actifs. Pour autant, il est tout de même confronté à certains risques :

  • Liés aux investisseurs : marché risqué du point de vue du banquier,
  • Légaux, car les pratiques du marché ne sont pas toutes encadrées,
  • Liés à la dépose d’actifs, pouvant conduire à une sur-colatéralisation.

“Quand on a une sortie massive d’actif (actif qui chute, manque de confiance sur un actif), une spirale infernale se créée. Il n’y a pas de hiérarchie de créanciers, et on ne peut pas arrêter le système. Il faut instaurer des règles.” – Isabelle Martz, Société Générale

Pour conclure : “La Defi va arriver doucement mais sûrement.”

Bien qu’avoir recours à un banquier n’est pas prêt d’être obsolète, le marché et les pratiques évoluent à vue d’oeil.

Le marché pourrait tendre vers la Defi permissionnée. En d’autres termes, donner des permissions afin de réguler les acteurs du marché, et de revoir le cadre légal.

De plus, on observe un movement de tokenisation des marchés financiers. Sur la Blockchain, un token est un actif digital, qui de nos jour peut venir remplacer un titre financier.

“La digitalisation des marchés financiers va potentiellement toucher les marchés classiques. Avec les token, tout est plus rapide : négociation, échange… C’est une révolution sur le marché car il prévient du risque de change par exemple, permettant de faire des économies énormes.” – Isabelle Martz, Société Générale

“La réglementation est un incontournable, devant la sécurité. D’un point de vue adoption mass market, l’enjeu est de faciliter l’accès aux wallets. L’adoption sera simplifiée.” – Thibaut Ilhe, L’Oréal


Cet article vous a intéressé ? Découvrez d’autres comptes rendus des conférences de l’AFTE 2022 sur notre blog :

Suivez nos dernières actualités

Inscrivez-vous à la Newsletter Trustpair et recevez chaque semaine des conseils…

Pour tout savoir sur la manière dont nous traitons vos données, consultez notre Charte de confidentialité.

newsletter-icone

Articles liés

Le sujet vous intéresse ? Retrouvez l’ensemble des contenus autour de cette thématique.