Fraude au virement : qu’en pense la Police Judiciaire ?

Interview fraude police Judiciaire Trustpair
Reading Time: 3 minutes

Dans le cadre de son livre blanc “Fraude au virement : comment s’en protéger”, Trustpair donne la parole à Thierry Pezennec, Chef de la section de lutte contre les escroqueries, à la Direction Centrale de la Police Judiciaire du Ministère de l’Intérieur.

Webinar en replay trustpair thierry pezennec

Comment fait-on pour diminuer les attaques et tentatives de fraude ?

La répression est une chose, mais elle est difficile. Les auteurs anonymisent leurs attaques. L’accent a été porté (et continue de l’être) sur la prévention auprès des banques et des entreprises. Lorsqu’un nouveau modus operandi apparaît, c’est notre rôle à tous de communiquer et de partager l’information auprès des associations et des fédérations du secteur (CDSE, AFTE, MEDEF…).

La fraude peut avoir de graves conséquences d’un point de vue financier, mais aussi humain. J’ai par exemple constaté de nombreuses entreprises, bailleurs sociaux ou associations en grande difficulté de trésorerie après ce type d’escroquerie.

Un des cas marquants fut celui d’une entreprise, victime d’une fraude au changement de RIB d’environ 1,6 millions d’euros, en 2016. Les conséquences furent dramatiques : une liquidation judiciaire et 44 personnes au chômage.

D’un point de vue humain, certains comptables ou responsables financiers sont traumatisés d’avoir pu se faire berner de la sorte. J’ai en mémoire le cas d’un comptable qui n’avait pu supporter les faits commis sous l’emprise d’un escroc et avait mis fin à ses jours. Les actions de sensibilisation existent. Elles ont permis de réduire les cas de fraude avérée, mais ce n’est pas encore suffisant. Il faut aller plus loin.

Comment les fraudeurs sont-ils organisés aujourd’hui ?

Il existe deux principaux groupes criminels. Le premier, situé en Israël, composé principalement de quelques dizaines de personnes d’origine franco-israélienne, agit par téléphone et mail. La coopération avec les autorités judiciaires israéliennes est primordiale et intense, permettant ainsi de démanteler des groupes organisés.

Le second est basé au Nigéria. Ces personnes réussissent à s’immiscer dans les échanges de mails (toujours en anglais) entre le client et le fournisseur par l’utilisation de malwares. La difficulté principale réside dans l’identification précise de l’origine des attaques.

Plus de 80 % des cas de fraudes abouties en 2018 concernaient des changements de coordonnées bancaires fournisseurs. Les escrocs récupèrent ainsi les factures côté fournisseur en se faisant passer pour le client. Puis, par une démarche inverse, ils prennent attache avec le client en se faisant passer pour le fournisseur, factures à l’appui. Ils indiquent alors une modification des coordonnées bancaires et fournissent à l’appui un nouvel IBAN de la société fantôme précédemment créée à l’étranger.

Depuis maintenant un an, les virements se font aussi sur des comptes bénéficiaires français avant d’être transférés à l’étranger. Derrière certains de ces comptes bancaires français, la société est bien réelle, l’escroc propose une commission sur un virement qui va arriver sur le compte de l’entreprise. Sur d’autres comptes bancaires français, notamment ceux détenus par les néo-banques, la société (une coquille vide) est gérée par un homme de paille qui, contre une rémunération, accepte de fournir des documents administratifs pour faciliter l’ouverture de ces derniers. À l’issue, il transmet les identifiants et mots de passe à un tiers, complice des escrocs.

Un dernier mot sur la prévention et la lutte contre la fraude ?

La prévention est au cœur de la lutte contre la fraude. Des actions doivent être répétées régulièrement. Les méthodes utilisées par les fraudeurs changent au gré de l’évolution des processus de contrôle mis en place au sein des entreprises.

La technologie, je pense notamment à l’intelligence artificielle, doit aussi être au service de la prévention. C’est cette combinaison gagnante de technologie et de processus humain qui permettra de diminuer drastiquement les cas de fraude avérée.

Pour aller plus loin

Pour en savoir plus sur la fraude au virement, nous vous invitons visionner le webinar inédit réalisé avec Monsieur Thierry Pezennec sur le thème : “l’arnaque au président ou escroquerie aux FOVI : les conseils pour s’en prémunir

Découvrez aussi le livre blanc rédigé par Trustpair pour vous accompagner votre protection contre la fraude en entreprise.

Fraude au virement : comment s'en protéger ?

 

Newsletter Trustpair

Inscrivez-vous à la newsletter Trustpair et recevez chaque mois nos conseils et actualités.

Suivez-nous pour rester informer

Ressources Trustpair

Les experts Trustpair mettent à disposition des ressources gratuites pour les équipes Finance.